Articles Tagués ‘jura’

Bonjour chers Vous !

J’hésite.

Est-il judicieux de tenter de forcer la chance en vous souhaitant une bonne année ?

Soyons honnêtes, c’est l’exercice auquel je m’étais prêtée l’an passé (entre nous, j’étais loin d’être la seule coupable !) et voyez où cela nous a mené !… D’un autre côté, n’est-ce pas là une faute de conventions sociales que d’omettre une traditionnelle formule chargée de porter sur ses frêles épaules de lettres la responsabilité de l’humeur générale des quelques centaines de jours qui suivront ?

J’ai beau peser le pour et le contre, je ne m’y résous pas.

Oui mais il faut pourtant bien que j’avance dans mon article. Ce que je vais faire, c’est que je vais tenter une approche « bateau » (je me suis toujours interrogée sur cette expression ; pourquoi on utilise le terme « bateau » pour désigner quelque chose d’extrêmement banal ? Dans notre cas présent, une approche bateau signifierait quoi ? Une approche à la rame ? (ça se peut, vu, comme tu galères à rédiger ton pavé introductif) Une approche facile du quai ? (qui dit que c’est facile ? et puis quel quai, d’abord ?) Non, non, décidément, ça ne veut rien dire. Je n’ai aucune idée de comment va se dérouler cette année mais de toute évidence, elle connaît un vif retour de mes abus de parenthèses et par là-même de digressions… à vous de considérer ça au choix comme une bonne ou une mauvaise nouvelle. BREF, (plus facile à dire qu’à faire), je vais vous laisser seuls responsables de ce que vous avez envie de souhaiter ou pas pour les mois à venir et je vais me contenter de poursuivre mon chemin créatif en vous en partageant ici des moments. Pour être tout à fait honnête avec vous, depuis près d’un an j’évite de programmer ou d’anticiper trop à plus de 15 jours ! Deux petites semaines d’horizon pratique ! C’est un peu triste parfois d’y penser mais c’est ma façon de digérer un gros truc ; petit bout par petit bout, morceau par morceau. Alors qu’espérez-vous comme vœux de début d’année de la part de quelqu’un qui est à peine capable de se projeter dans le mois suivant ?

Vous savez quoi ? Je vais même pousser l’insolence de l’exercice jusqu’à vous parlez de la fin de l’année dernière au lieu de vous parler du début de celle-ci. Car OUI, en ce qui concerne ma petite entreprise, l’année 2020 s’est achevée sur une très très chouette note, plus qu’une note, d’ailleurs, une mélodie complète avec un rythme nouveau. (Mais qu’est-ce qu’elle raconte ? elle tente de la métaphore artisanale, ou quoi ?) J’ai le très grand plaisir de vous annoncer que j’ai rejoint une toute jeune association d’artisans créateurs jurassiens et que nous avons ouvert une boutique au centre-ville de Lons le Saunier! (C’est bien, c’est chouette de faire de la com une fois que les fêtes de fin d’année sont passées ! Toujours le sens pro du timing)

Ben, pour être parfaitement franche, je me suis très légèrement fait débordée par toute cette effervescence soudaine et devenue depuis une année complète parfaitement étrangère à mon système de fonctionnement. Tout ça pour dire que mon dernier contact « client » si on peut appeler ça comme ça, remontait aux marchés de Noël 2019… (« Je ne parle même pas des cours, stages et autres animations qui végètent encore dans la sphère de « l’impossible ». -Ben si, tu en parles, là ! -Oui, mais c’est une expression, c’est comme le truc « bateau », tu vois. -Ce que je vois c’est qu’il faudrait peut-être arrêter d’utiliser des formules qui ne veulent rien dire… -Ah non ! On a dit, pas de résolutions ! ») Ouh là là ! Il va falloir que je surveille un peu cette tendance un chouïa schizo que le passage aux tutoriels vidéos a mis à jour.

Quel bonheur de se remettre à son atelier pour quelque chose !!! (Et cette fois C’EST PAS pour faire un bricolage en tube de rouleau de papier-toilette vide !!!) Quel plaisir de rencontrer d’autres artisans créateurs et de parler de nouveau de son travail ! Enfin, quelle superbe motivation à laisser s’exprimer nos titillements explorateurs. Oh et puis il faut le dire, ça fait du bien aussi de s’habiller et de se coiffer pour « de vrai » !

Le concept est simple et existe déjà à de nombreux endroits mais je réexplique le concept.

Nous sommes une douzaine d’artisans créateurs locaux qui travaillons tous un matériau différent et qui tenons la boutique à tour de rôle. Un excellent équilibre entre la vie dans l’atelier et le contact réel des clientèles. Si vous venez faire un tour dans notre boutique qui s’appelle La Vitrine, à côté de la sandwicherie Le Croustil, vous y trouverez mon travail autour de la pâte polymère et de la chambre à air recyclée et vous y découvrirez également une dizaine d’autres savoirs faire, (toujours un doute que je le mets au pluriel, celui-là…) en partant de la couture et de la vannerie sauvage, vous bifurquerez par l’ébénisterie et les mobiles solaires puis vous croiserez les bijoux en verre filé et les livres pédagogiques sur la nature jurassienne. Et si votre promenade créative vous impose une halte, découvrez les coussins zafus, allumez une bougie artisanale et contemplez quelques tableaux surréalistes. Voilà, ça fait plaisir, hein ? Ben moi, en tout cas, ça me plait bien cette histoire.

Après un mois de décembre très chargé (nous avons tenu la boutique ouverte 7 jours / 7), janvier nous ramène un peu les pieds sur terre et nous laisse le temps de réfléchir à tout ce qui fera de cette boutique un endroit pas tout à fait comme les autres.

Retrouvez la page FaceBook de La Vitrine.

Je vais donc avoir enfin de bonnes raisons pour retourner à ma table de travail et vous montrer des choses. Voici en vrac quelques unes de mes dernières créations :

J’ai enfin utilisé la cane de mon premier tuto vidéo :

Et j’en ai réalisé un dernier que je vous détaillerai dans mon prochain article.

Il a permis de réaliser ces pièces :

Voilà pour l’instant.

Je vais vous laisser ici, toujours sur le seuil de cette année donc, en espérant que vous saurez trouver la formule qui vous convient. Quant à moi, je m’en retourne dans mon atelier finir quelques nouvelles pièces car demain, je serai de garde à la boutique !

Alors bonne fin de semaine à celles et ceux qui vont lire en premier, bonne continuation aux lecteurs suivants et pour Vous tous, à bientôt !

Marie-Charlotte

.

Bonjour tout le monde.

Comme annoncé dans mon précédent article, je ne vous parlerai pas de polymère aujourd’hui mais du second matériau que je travaille dans mon atelier et qui s’inscrit au cœur de mes réflexions autour du recyclage :

la chambre à air de tracteur ! 

Cela fait environ un an et demi (même si l’année 2020 semble tout juste commencer pour La perle Rouge) que j’ai débuté mes petits essais dans un coin de mon atelier. En tant que créatrice de bijoux, j’ai d’abord commencé avec de la chambre à air de vélo, fine et souple. J’ai rapidement constaté l’incroyable résistance et longévité de ce matériau voué à… par grand chose, j’imagine, car officiellement ce sont les producteurs ou importateurs de pneumatiques qui sont responsables sur le plan technique et financier du traitement des pneus usagés. Je n’ai aucune idée du nombre d’usagers qui effectuent cette démarche aucune idée non plus de ce qui est réellement mis en place par les entreprises productives qui doivent soit traiter directement, soit sous-traiter la chose… En tout cas, force est de constater que le marché n’est pas envahit de nouveaux produits en chambre à air recyclée et qu’il demeure la particularité de quelques créateurs et créatrices intéressés. 

Et pourtant, il y a de quoi faire ! 

En ce qui me concerne, j’ai décidé de détourner ce caoutchouc non ou TRÈS peu biodégradable pour créer des pièces de petite et moyenne maroquinerie. 

Où en suis-je aujourd’hui ? C’est justement le but de cet article. 

J’ai la fierté de vous annoncer que ma petite entreprise jurassienne de La Perle Rouge vient de s’inscrire sous un label plus qu’essentiel et au nom qui me plait : Répar’acteur

Qu’est-ce que c’est ? C’est un annuaire de professionnels régionaux qui ont choisi d’inscrire leur production au sein d’une démarche éco-responsable en proposant à leurs clients des produits réhabilités, réparés ou détournés. 

Vous pourrez retrouver ce type de présentation sur les plateformes et les sites de vos artisans : 

Votre artisan s’engage pour l’environnement et l’économie circulaire

Agir pour la planète c’est avant tout consommer intelligemment. Cela passe notamment par la réutilisation et la réparation d’objets du quotidien. Pour cette raison, l’ADEME (Agence de la transition écologique) a mis sur pieds un annuaire réunissant des artisans réparateurs engagés.

Apparaître dans cet annuaire signifie que nous nous engageons dans l’économie circulaire & locale, avons une volonté de préserver la planète et cherchons à faire économiser les particuliers.

Lorsque l’on consomme de l’énergie dans la fabrication et l’usage d’objets, on utilise un capital écologique en empruntant des ressources à la planète. Les artisans engagés dans l’économie circulaire sont la pour changer la façon de consommer. 

Alors avant de jeter un outil abîmé et de courir en acheter un nouveau, parcourez le répertoire et trouvez un artisan près de chez vous qui vous aidera dans votre démarche de responsabilité environnementale. 
Pour ma part, je ne répare rien mais je détourne ce qui est normalement considéré comme un déchet destructeur ; la fameuse chambre à air que voici : 

Je vous avais déjà montré ici un peu de ce travail donc je ne vais pas me répéter mais je vais me contenter de vous présenter mes dernières créations. 

J’ai adoré approcher l’univers de la maroquinerie et je constate qu’à chaque nouvelle pièce, j’apprends quelque chose de nouveau et qu’à chaque nouvelle pièce, je comprends aussi tout ce qu’il me reste encore à apprendre. 

Voici tout d’abord, quelques modèles assez petits. Il s’agit d’un sac à main, d’une pochette à main et d’une pochette à accrocher à la ceinture. Les fermetures sont toutes des aimants.  

Voici ensuite des modèles de sacs à main et d sac en bandoulière un peu plus grands : 

Et enfin, mes préférés du moment ; les modèles qui mélangent la chambre à air au bois ! 

Encore quelques équilibres dans les montages à trouver… (les rapports hauteur/longueur/matériaux sont parfois pièges) J’apprends à chaque sac ! 

La pièce du dessus est une trousse. Je l’ai photographié avec le sac afin que vous ayez une idée de sa taille. 

Vue de dos : 

et intérieur : 

Et enfin, le plus mignon de tous, le sac à main à chaîne fine commandé par une ravissante mariée et assorti à ses bijoux et à son bouquet (oui oui ! ) : 

Je vous joint ici un article sur l’économie circulaire. 

Voilà tout ce que je voulais vous dire et vous montrer aujourd’hui. Alors pensez-y et n’hésitez pas à chercher ce label dans votre propre région ! 

Prenez soin de vous et  très bientôt ! 

Marie-Charlotte