Archives de mai, 2016

Si vous avez un penchant pour la création, une tendance à la fabrication maison, à la décoration, à la customisation, voire carrément une boulimie de perles de toutes sortes qui vous fait créer une ribambelle de bijoux originaux, vous connaissez forcément le site de Perles and Co.

En plus de présenter une boutique en ligne très variée, Perles and Co propose également à ses clients et aux curieux de passage sur leurs site, divers outils d’aide à la création destinés aux débutants et aux plus avertis.

La partie qui m’intéresse le plus se rapporte bien évidemment à la pâte polymère et j’ai décidé de regrouper dans cet article les quelques travaux que j’ai réalisés pour Perles ans Co.

Ils se déclinent en deux types, les tutoriels de création et les fiches techniques théoriques.

J’ai, pour l’instant, conçu trois tutoriels : 

Une parure pendentif + boucles d’oreilles utilisant la cane que j’appelle la cane « iris » 

Parure lilas

Pour réaliser ces pièces, suivez le lien du tutoriel complet : Parure lilas


Une parure collier et boucles « tranches de cane dégradée » destinée aux débutants : 

25 - Copie

En voici une version colorée : 

IMG_6059 - Copie

IMG_6075 - Copie

Voici le lien du tutoriel complet pour réaliser une parure « tranches de dégradés« 


Une cane kaléidoscope colorée : 

16 cane B

Pour réaliser cette cane, suivez le lien


Une série de fiches techniques sont en cours de réalisation.

Vous pouvez d’ores et déjà en retrouver deux : 

1 : Le KIT complet du débutant en pâte polymère (axé bijoux, surtout) à retrouver dans la boîte à outils.

2 : Ce qu’il faut savoir autour de la cane (réalisation, réduction, exploitation, conservation). 

.

D’autres suivront bien évidemment et cet article sera d’ailleurs mis à jour régulièrement. 

Bonne patouille à tous et à toutes et à très bientôt par ici ! 

MC

Bonjour tout le monde !

Ça y est ! C’est repartiiiiiiiiii !

J’imagine, je patouille, je fimote, je fabrique, je perce, je ponce, je monte, je me rate… et j’ai une autre idée, et je re-patouille, et je recuis, et je re-lustre, et…caetera…

Bref, la machine a créer est de nouveau lancée ! La seule chose qui me fait défaut pour l’instant, c’est le temps (pfff… jamais contente, celle-là !)

Après les « errances » des semaines passées et une pause revigorante, ma machine à pâte a remis sa manivelle en mouvement, mon bras droit retrouve ses crampes (rôô, comme t’y vas !) et mes doigts leur douceur par ponçage. 

La fabrication est donc repartie et c’est tant mieux car il faut ré-approvisionner un peu le stock ! Je viens en effet de mettre en place ma vitrine d’expo-vente à la fruitière 1900 de Thoiria (39130) qui restera jusqu’à cet automne et je prépare en ce moment même l’exposition de l’association artisanale Créa’sillon qui se tiendra durant 5 jours à partir de vendredi matin (20 mai) à 10 h jusqu’au 25 à 18h30. Une autre grande expo aura lieu durant tout le mois de juillet mais chuut… je vous en parlerai plus tard. 

Je fais très peu de communication autour de mes ateliers (en tout cas ailleurs qu’ici) et je tenais à signaler qu’il reste des places pour la journée patouille du 28 mai. N’hésitez pas à me questionner par mail ou par le biais des commentaires. 

Bon, c’est bien beau de raconter qu’on s’est remis à fabriquer, mais où sont-elles ces nouvelles pièces ? 

Commençons tout d’abord parce qu’on connaît bien ici, à savoir deux parures colliers torque + boucles : 

La première parure a été réalisée avec la cane kaléidoscope dont j’ai réalisé le tutoriel pour Perles and Co (bientôt un article qui se concentrera sur mon travail pour Perles and Co). Vous pouvez d’ailleurs le retrouver ici.

IMG_0173

C’est vitaminé, hein ? 

La seconde parure est née de ma contemplation d’un tas de chutes de pâte qui m’a réellement fait de la peine… J’ai donc passé le tout dans ma machine à pâte au cran le plus large, j’ai recouvert d’une fine plaque de blanc, j’ai texturé le tout avec une plaque (effet « lainage », il me semble… enfin, heureusement que c’était marqué dessus…) et j’ai scalpé le tout. (Bon, bah tu as réalisé un hidden, quoi ? Moui… en quelques sorte.) J’intitule donc cette parure « L’art d’accommoder les restes » (en hommage au blog photo du même nom que fait une amie)

IMG_0177

boucles récup

J’ai ensuite effectué le montage de deux petits sautoirs… oui, je sais, c’est un poil paradoxal comme expression mais je ne sais pas comment le dire autrement… Y-a-t-il seulement une longueur minimale pour prétendre au titre de « sautoir » ? J’ai pensé pendant des années que cela désignait un collier qui pouvait faire plusieurs fois le tour du cou… à présent je ne sais plus trop.

Bref, du noir et blanc, ça plait tout le temps : 

IMG_0327

IMG_0323

.

Faisons à présent une petite pause. Je vous invite dans une maison. Je vous invite à entrer, certes, mais pas vraiment à poser vos valises, ni même à prendre le thé. D’abord parce que ça n’est pas chez moi (mais chez mes beaux-parents) ensuite parce que je vais vous arrêter dès l’entrée. Celle-ci a récemment vu ses murs changer de couleurs, ses escaliers modernisés et son mobilier transformé. Il ne manquait qu’une petite touche de détails pour achever le tableau ; un petit mouvement décoratif assorti à l’ensemble qui prendrait place à un endroit qui ne sert à rien comme le montant de l’escalier. Et bien c’est chose faite : 

IMG_0105

Voici les couleurs de l’espace : 

IMG_0115

Plusieurs nuances de gris (juste 2 ou 3, hein… on se détend), du noir, une sorte de bordeaux et un vert… que je ne saurais associer à quelque chose que je connais. Qu’on soit bien d’accord, ces lacunes langagières ne signifient absolument pas que je n’apprécie pas ces teintes, (l’ensemble est très harmonieux et moderne avec la touche de couleur qui fait souvent défaut, je trouve, aux aménagements « contemporains ») non, cela témoigne seulement de ma méconnaissance absolue de la palette de couleurs… Un comble pour quelqu’un qui essaie justement d’en vivre, vous ne trouvez pas ? 

J’ai donc repris ces coloris et j’ai créé des formes simples sur le principe de la Fimo-pendule que j’avais réalisée il y a déjà longtemps : Des petits éléments faciles à cuire individuellement, qu’on disposent comme on veut et qui s’adaptent donc à n’importe quel espace. 

IMG_0117

Afin de rappeler le cadre du grand miroir, j’ai seulement ajouté à certaines formes des rayures noires et argentées lustrées. 

IMG_0118

Pas évident à prendre en photo… 

Qu’est ce que vous en pensez ? Les éléments sont collés… Espérons que les commanditaires ne s’en lassent pas tout de suite… 

IMG_0121

Bien… retournons à présent aux bijoux. 

Avant d’en arriver à ce que j’avais très envie de vous montrer (ben oui, je garde mes préférés pour la fin), voici quelques boucles d’oreilles en passant : 

IMG_0217

IMG_0247

IMG_0244

IMG_0253

IMG_0187

Je vous en dirai un peu plus sur ces petites fleurs dans un prochain article… (Rôôô… comment j’arrête pas de faire du teasing !) 

Nous voici enfin à la dernière partie de mon article, celle que je préfère, celle qui parle de mes essais car oui, comme tout créateur (tient ! Je crois bien que c’est la première fois que j’utilise ce mot à la place de « fabricant » ! intéressant…) la pièce que je préfère bien au-dessus de toutes les autres est, sans conteste, la dernière réalisée ! Son succès est donc le plus souvent de courte durée en fonction de ma capacité à produire des nouvelles créations ! 

J’ai enfin testé les perles creuses et j’adooooooore ça ! 

Pour l’instant, je me suis contentée des formes les plus simples, en rond. 

Je continue de me forcer à exploiter le orange que je laisse bien trop souvent de côté et ça a donné ça : 

IMG_0348

Durant la manipulation du cru, je suis allée d’ahurissements en froncements de sourcils pour finalement arriver à un joli sourire débile de l’enfant qui a compris qu’en fait, ça n’est pas sorcier. 

J’ai ressorti le fil câblé que je boudais depuis un moment au profit des liens de cuirs synthétiques en me demandant bien comment j’allais faire pour parvenir à le faire ressortir de l’autre côté de cette perle dans laquelle j’avais percé deux tout petits trous. Au bout de quelques minutes, je chope enfin le coup de main, je monte fièrement mes grosses perles, j’enchaîne avec mes mini disques que j’avais (heureusement !) percés avant la cuisson histoire de garder encore un peu intacts mes 10 doigts et je place mes perles cache-nœuds pour accrocher enfin mon fermoir.

Je lève mon bras triomphant à la face de mon mari, premier témoin de mon travail, qui lève à son tour ses sourcils en arborant un grand sourire, le tout, s’accompagnant d’un commentaire critique appuyé : « Cooool ! ».

Bref, je suis heureuse, les perles ont un super tombant, le collier est léger, mes disques sont réguliers, je saisi ma pièce des deux mains et je la porte à mon cou… AAAAAARRRRGH… Ah ben oui… c’est vrai… c’est un montage en fil câblé… il faut bien vérifier la longueur du collier avant de le fermer… Bon… deux solutions pour corriger cette erreur de débutante, soit on re-démonte tout, soit on triche… Je vous l’avoue, la seule idée de devoir me prendre de nouveau la tête avec les grosses perles et le fil câblé m’a poussé à aller chercher un petit morceau de chaîne… 

Bon, je ne suis pas fière mais la bonne nouvelle c’est que je n’ai pas réitéré la chose : 

IMG_0359

IMG_0366

J’en suis fan ! Enfin… jusqu’aux prochains ! 

Allez, bonne fin de semaine à vous tous ! 

À bientôt avec de nouvelles couleurs ! 

Bises ! 

Bonjour chers Vous !

Mes deux derniers articles n’étaient pas les plus débordants de bonheur que j’ai rédigés. Depuis un certain temps, ma créativité en berne était emprunte du détestable syndrome de la page blanche et c’était quelque peu épuisée que je vous ai quitté pour partir m’aérer la tête en haute montagne.

Et bien me voici de retour ! Les cellules grises ré-oxygénées, les yeux en manque de nouvelles couleurs et les mains impatientes de fabriquer des idées inédites. La raison à tout cela ? Le grand air, bien évidemment (rien de mieux qu’une neige de mai pour se rafraîchir les idées !) mais il y a également autre chose…

IMG_9736 - Copie

La semaine dernière, c’était mon anniversaire. Qu’on soit bien d’accord, je ne vous délivre pas cette cruciale information pour que vous m’expédiiez (oui oui, avec 2 i) tous un cadeau parce que je l’ai eu, mon cadeau, un génialissime cadeau que j’ai espéré recevoir, que j’ai attendu et que j’ai eu pile le jour de mes 31 ans : j’ai gagné le premier prix du concours organisé par Graine créative à l’occasion des 50 ans de FIMO !!!

Vous avez été un certain nombre à me demander ce que j’avais en fait gagné et il est vrai que si j’ai partagé ma joie sur FaceBook, je n’en ai pas pour autant expliqué les raisons. Et bien voilà, moi qui n’ai jamais encore pu participer à un atelier créatif (en tant qu’inscrite, bien entendu), je vais enfin me mettre au travail et pallier ce manque puisque j’aurai la folle chance de me rendre au symposium FIMO qui se tiendra en septembre à Nuremberg et d’assister à quatre ateliers dirigés par :

Maggie Maggio, Dan Cormier, Bettina Welker et Izabela Nowak ! ! ! Rien que ça, messieurs-dames ! MUHAHA !!! 

Quatre journées avec des (grands) professionnels dans un lieu qui semble de rêve, à découvrir un tas de choses sur la fabrication et le travail de la polymère !!! De quoi regonfler mon moral, mes envies et ma motivation ! 

Pour rappel, voici la création que j’ai présentée, sachant que la seule contrainte de l’épreuve était le format carré de 10 cm de côté : 

IMG_7569

Vous pouvez retrouver tous les gagnants des différentes catégories et leurs pièces en suivant ce lien

Vous pouvez aisément imaginer dans quelle état d’excitation je me suis retrouvée !!! Excitation rapidement suivie d’un (léger) sentiment de consternation au moment où mon cher mari me demanda : « Du coup, du vas suivre des ateliers en anglais ? » AAARGH ! « Non… moui… je sais pas… sûrement… de toute façon, il y a bien des images, non ? » Avec du recul, je me dis que c’était très malin de sa part puisque cette panique linguistique m’a décidée à l’embarquer dans mes bagages pour le symposium ! 

Bref, il me reste donc quelques (longs) mois à patienter avant d’avoir des images pleins les yeux (et de la pâte plein les mains).C’est sans doute assez de temps pour affiner (peuh, le terme est léger !) mon niveau d’anglais à travers le visionnage de nouvelles séries… trop dur, ce métier… 

Voilà, cet article sort de l’ordinaire puisque ma semaine d’échappée dans les sommets alpins n’a vu naître aucune créations. Je me suis, bien sûr, remise au travail dès mon retour mais je n’ai encore aucune pièce achevée à vous présenter à cette heure. Je crois que j’avais seulement envie de vous faire part de cette nouvelle qui va marquer, il est certain, un tournant dans mon approche de l’univers polyméristique (ça n’existe pas ? pfff… si vous voulez mon avis, il n’est pas fiable, ce correcteur orthographique. On se contentera donc de « polymériste » Quoi ? celui-là, non plus ? Rôôô là là…)

Je profite de ce court article pour parler un peu de mes ateliers, enfin surtout d’un en particulier.

Je suis en train de modifier le déroulement de mes après-midi de création qui étaient très denses  pour les transformer en journée de patouille, ou de fimotage, ou de fabrication en polymère, appelez-les comme il vous convient.

La première de cet ordre se déroulera le samedi 28 mai et s’adresse particulièrement aux débutant(e)s mais est bien sûr également ouverte à ceux qui ont un peu plus de pratique.

Elle se déroulera comme suit : l’atelier débutera à 10h00 et commencera par 3 heures durant lesquelles je vous aiderai à réaliser certaines techniques de bases de manipulation de la pâte crue comme la plaque dégradée et surtout quelques canes (dégradée, iris, pois et rayures, mosaïque ou kaléidoscope simple). On s’interrompra vers 13h00 afin de nous sustenter (j’adore ce mot) et de lancer les cuissons (des pièces réalisées le matin, hein… pas des bœufs bourguignons…) ; chacun apporte son petit repas selon son goût, La Perle Rouge offre l’apéritif et le café. Enfin, l’après-midi sera consacré (avec un e ou pas, les deux sont permis… pfff… pas facile cette langue française, tout de même !) au travail après cuisson, à savoir perçage, ponçage et lustrage et enfin montage ! (En gros, la partie qui se faisait habituellement en accéléré pour la plus grande frustration et une certaine fatigue pour tout le monde).

L’avantage de cette nouvelle formule est de prendre plus son temps mais également de permettre aux participants de réaliser des projets qui peuvent être différents les uns des autres et de ne pas finir à 19h comme d’habitude. Le principe est d’utiliser les techniques enseignées durant la matinées afin de réaliser au choix quelques pièces (collier, pendentif, boucles d’oreilles ou porte-clefs… pardon, bijoux de sac). Le matériel est fourni et le prix de cette journée reste de 45 €. 

journée patouille

Ne vous moquez pas de mon affichette, je l’ai réalisée juste avant de partir il y a 10 jours… c’est à dire au moment où je me suis rendue compte que je n’avais aucune illustration parlante à présenter pour ce nouvel atelier… Heureusement que j’ai un joli mur à l’extérieur de ma maison… 

Pour vous inscrire, la marche à suivre est la même que d’habitude, adressez-moi un mail à l’adresse suivante : contact.la.perle.rouge@gmail.com

Voilà, je m’arrête ici, j’espère que cet article sur la polymère sans polymère après deux semaines sans nouvelle ne vous aura pas trop frustré. 

Je vous souhaite à tous une excellente semaine, (pour ma part, je vais un peu rêver au mois de septembre) et je vous dit à très bientôt !

Prenez soin de vous. 

Marie-Charlotte

PS : Au besoin, une petite photo pour vous concentrer sur un nouveau point de fuite : 

IMG_9846