Archives de octobre, 2016

Un grand bonjour chers Vous !

C’est fini, terminé, bouclé, on ne m’y reprendra plus ! N’ayez crainte et rabaissez vos sourcils étonnamment levés, je fais seulement référence à mes maintes promesses de ponctualité… Oui, c’est décidé, j’arrête. Je dirais bien « demain » mais je publie aujourd’hui, alors… quoique… entre le moment où je commence à pianoter sur mon clavier et celui de votre lecture, il se sera bien passé un « demain »… Pfff, je me donnerais presque moi-même mal à la tête, parfois ! ( Seulement parfois ? ) Disons qu’à partir de dorénavant du jour d’aujourd’hui jusqu’à un tantôt arbitrairement choisi je me laisse une fenêtre de publication qui s’étend du mercredi soir au vendredi midi ! ( Vous ne saviez pas qu’on pouvait faire autant d’erreurs de temps en une seule phrase, hein ? C’est ça, le talent !)

Certes, j’en entends d’ici s’inspirer de Gad Elmaleh et me souffler que cette tranche de publication s’apparente plus à une baie-vitrée qu’à une fenêtre mais je me trouve dans l’obligation de reconnaître mon actuelle inaptitude à gérer l’emploi du temps que je tends à m’imposer sur le papier. 

Bon, les excuses désormais systématiques, c’est fait pour cette fois, poursuivons. 

L’atelier de la semaine passée fut une journée bien remplie ! Aussi remplie que mon espace de travail, comme vous pouvez le constater : ( Oui, cette fois, j’ai pensé à prendre des photos ! )

img_4591

Ma fidélité « approximative » à respecter mes « to do lists » ou mon emploi du temps se retrouve au sein même du déroulement de mes journées de création. Sur le papier nous étions sensées réaliser une parure pendentif et boucles d’oreilles à partir d’une cane mosaïque. Et bien de boucles… aucune ! De mosaïque… point ! et de pendentif… deux sur sept ! Ben voui, c’est ça aussi, la création en groupe, on propose un projet et puis on discute, et puis on bifurque et puis on se dit qu’autre chose serait peut-être plus intéressant à réaliser pour les filles… Enfin… j’avoue n’avoir pas été très motivée par la réalisation de la cane qui datait de quelques temps et avoir improvisé une cane en démonstration… 

Bref, voici donc les créations des filles qui n’ont pas chômé durant toute la journée : 

torques-kalei3

torques-kalei4

torques-kalei5

torques-kalei6

Pas mal, hein ? 

Sans transition, prenons un instant pour causer un peu « météo ». ( Mmmh, quel alléchant sujet en perspective ! ) Alors d’accord, je suis tout à fait au courant que nous sommes dorénavant en automne. J’avais déjà eu de gros soupçons à l’apparition des noisettes et des champignons mais cela s’est confirmé en constatant le niveau de précipitation de ces derniers jours. ( Euh, sinon, Marie, il y a un truc qui peut aider aussi, c’est la date de l’équinoxe d’automne… au mois de septembre… – Oui nan mais d’accord, mais on a le droit d’avoir un été indien, non ? – Ben… oui mais là, on est presque en novembre, tout de même… – Rôôô, qu’est-ce que tu peux être rabat-joie quand tu t’y mets ! ) BREF ! J’ai omis d’anticiper cette sombre saison ( en luminosité, j’entends, parce que sinon, moi, je les aimes toutes ! ) et de me fabriquer une caisse à lumière comme je l’appelle ; la dernière en ma possession ayant malencontreusement rendu l’âme lors du précédent déménagement. Je me trouvai donc fort dépourvue lorsque les nuages mouillés furent venus. Et je fus obligée d’improviser sur mon sol gris carrelé. ( Sans compter que je n’ai TOUJOURS pas fait réparer mon appareil depuis sa chute ! D’ailleurs, à ce sujet, les paris quant au temps que cela me prendra sont ouverts. )

Voici donc quelques utilisations des canes vertes et turquoises ( oh là là, dis donc, c’est drôlement original, ça ! ) qui sont, il me semble, les dernières réalisées sur mon stand. 

img_4661-copie

Étant donné la complexité de la cane, j’ai choisi de réaliser un torque le plus simple possible. Avec tout de même ses pitites boucles ! 

img_4706-copie

Puis j’ai préparé des tranches fines que j’ai poncées… poncées… pour être montées en sautoir sur une chaîne en argent : 

img_4728-copie

Pas très facile à contempler… je l’avoue sans détour… déjà que je suis une quiche pour photographier les sautoirs mais alors sans lumière avec un appareil flou ! Je vous laisse imaginer la crise de nerfs que cela a provoqué : moi, à quat’pattes et dans des positions incroyables pour effacer le reflet des pièces (flash oblige) mais faire en sorte que tout tienne dans le cadre, grrr… 

Bref, j’ai continué avec la cane-soeur : 

img_4752-copie

img_4749-copie

J’ai eu ensuite envie de réaliser un torque inversé, j’entends par là qu’habituellement, je les ajoure avec des trous circulaires et bien cette fois, je les ai comblé avec des bosses. Le principe est vraiment sympa en revanche, j’ai commis la grosse erreur de commencer à tester avec une plaque à « rayures » dégradées ce qui, comme tous les dégradés, est très complexes à poncer si on veut conserver la fluidité du fondu de couleurs. Donc le résultat n’est pas à la hauteur de mes attentes mais néanmoins très motivant à réitérer : 

img_4682-copie

Et enfin pour terminer, voici un autre échec. ( Oui, aujourd’hui, on ne peut pas dire que je vous présente le top de mon travail, je l’avoue ). Je voulais reprendre le principe de mes perles creuses ( dont j’ai publié le tutoriel ici cet été ) mais en plus gros et en utilisant un fond à motif ( Je suis toujours à la recherche d’idées originales pour exploiter les multiples canes qui s’entassent sur mon plan de travail. ) Le principe me plait mais encore une fois, le rendu est compliqué. J’ai donc décidé de refaire un essai mais en modifiant l’ordre de création. J’ai, ici, percé mes dômes après la cuisson comme je le faisais pour mes perles creuses et ça n’est vraiment pas l’idéal et ce, pour de multiples raisons. En attendant d’achever les pièces du second essai je vous montre la parure prototype bancale : 

img_4765-copie

Je n’ai même pas eu le cœur de monter le pendentif… 

img_4767-copie

Voilà. Je vous laisse ici et je m’en retourne à mes essais. 

Passez un excellent et très long week end ! 

Profitez-en pour…. ben faire… ce que vous avez envie de faire, en fait… ( ben oui, je ne vais tout de même pas commencer à vous dire quoi faire de vos journées ! ) et prenez soin de vous. 

À très bientôt ( je joue sur le suspense ! ) 

Bises

MC

MON DIEU ! PARBLEU ! DIANTRE ! DAMNED ! FICHTRE ! As-tu donc une bonne raison pour te justifier de tant de retard de publication ?

  « – Ben… j’étais en journée chantier pour poser mon parquet dans mon salon… 

   – Et alors ? Tu ne le sais que depuis ce matin, sans doute ?

   – Euh… ben non… enfin… pas depuis des semaines non plus… 

   – Donc tu aurais largement pu t’organiser (une fois n’est pas coutume) et écrire ton article en avance, non ?

   – Ben… oui mais il fallait tout de même que je finisse les quelques pièces que j’ai fabriquées cette semaine pour avoir quelque chose à présenter, et puis que je les prenne en photos… tout ça tout ça…

   – Et tu n’aurais pas pu fabriquer lundi et mardi pour rédiger ton article mercredi ?

   – Mais… euh… j’ai beaucoup travaillé ce week end alors je me suis pris mon lundi de congé, en fait…

   – Ah ben d’accord ! Quand tu auras tout dit ! Alors comme ça tu t’offres des jours de vacance, l’air de rien, juste parce que tu en as besoin,  donc ça peut être n’importe quand, quoi ! ? !

   – Euh… ben non… et puis de toute façon j’avais bien besoin d’une journée pour soigner les engelures que je m’étais faite durant les ateliers plein air de dimanche…

   – Ben tient, ma pauv’ fifille… il est vraiment trop dur ton métier ! Tu les entends se plaindre les enfants que tu as fait travailler toute la journée dans ce vent de plateau jurassien ? Et tu en as encore beaucoup d’autres, des excuses comme ça ?

   – Et bien… disons que si je ne m’étais pas aussi tardivement lancée dans la rédaction de mon billet hebdomadaire, on aurait été privé de cette superbe introduction…

   – Mouaih… peut mieux faire. 

   – Euh… je n’ai plus d’idée… » 


Bon, tout dit, allons-y sans transition ! 

Je vous ai confié mon sentiment, il y a deux semaines, je crois, sur la transition qu’amorçait tranquillement La Perle Rouge pour devenir une grande. Cette métamorphose devait nécessairement passer par un déménagement et une nouvelle harmonisation de mon espace de travail. ( Comme c’est joliment dit pour parler de l’incroyable bordel qui en découlé ! )

Et bien j’ai à présent l’immense fierté de vous faire part de la réussite de la mue de mon cocon créatif ! 

Pour bien saisir l’importance de la nouvelle, je me permets de vous rafraîchir la mémoire en vous remontrant l’organisation de ma fabrication en m’appuyant sur une image de poids : 

atelier-avant

Je vous présente notre « salon/salle à manger/atelier/ chambre d’amis/bureau ( oui parce que Ben travaille AUSSI dans cette pièce ! )

Table rouge pour le cru, table grise pour le perçage, le ponçage et le montage ( mais j’avoue avoir aussi largement occupé la table à manger/bureau qui se trouve dans votre angle mort de droite… ) et matériel de marché éparpillé un peu partout… 

Comment ? Je n’entends pas très bien, d’ici ?

Vous voulez un petit aperçu rapproché de mon plan de travail de la pâte crue ?

Mais bien sûr, on ne saurait rater ça !  : 

plan-travail-cru-avant

On note la petite zone propre et  visiblement privilégiée qui limite grandement la dimension de l’expérience créative mais qui a le mérite d’être là… ( On se croirait dans c’est du propre ! ) 

BREF !!! 

Et bien à présent, Assistez à l’avènement de l’ordre et de l’espace libre !!! ( Ouh là, je m’enflamme sans doute légèrement… je suis désolée, je n’ai pas l’habitude de rédiger mes articles le JEUDI soir… pfff… vas-y, rappelle bien à tout le monde que tu es à la bourre ! )  

TA TA TA DAM  !  ( Je ne sais pas comment on fait pour faire la super musique triomphale de ciné… ) 

atelier-1-copie

Et, au passage, on dit MERCI à la boite du coin qui a changé son mobilier de bureau et qui a laissé un méga stock au bric-à-brac vers chez moi ! 

J’ai, dorénavant, un plan de travail distinct pour chaque étape de réalisation d’une pièce et un espace plus adéquat à l’organisation de mes ateliers. Celui de samedi dernier a d’ailleurs baptisé cette salle pour une journée « fleurie » mais ( et quelque part pour mon plus grand désespoir ) le temps a filé si vite devant notre application que j’en ai omis de saisir l’instant pour le fixer sur une photo… Je ne manquerai pas de me rattraper la semaine prochaine. 

atelier-2-copie

( Oui, je sais, il manque encore la déco mais quand même ! je partais de loin ! Vous imaginez bien. ) 

Le lendemain de cette journée d’atelier se déroulait le dimanche de présentation de notre toute jeune association de La Caravelle ( que vous pouvez d’ailleurs dorénavant saisir avant qu’elle ne parte au grand large en suivant son actualité sur notre nouvelle page FaceBook ) durant la fête anniversaire de la commune de La Chailleuse (Par pitié… que ceux qui connaissent mon nom de femme mariée ne voient pas ici un motif de rire.) 

La température du ciel avait choisit, pour cette journée, d’adopter la même fraîcheur que celle de notre mouvement mais heureusement pour nous, les enfants (à qui s’adressaient nos ateliers) sont finalement bien plus tolérants que nous. 

Entre la pâte qui se craquelle rien qu’à sortir le bout de son nez de son emballage et le four acheté la veille dans le sien ( d’emballage ! Vous suivez, ou bien ? ) je m’attendais à quelques expériences. J’ai commencé par effectuer quelques tests de cuisson et finalement tout s’est très bien passé. Les enfants ont été au top et ont réalisé des superbes pochettes, toutes différentes  ! 

En voici un échantillon : 

14600987_1659324544359192_7045856162558401588_n

14606262_1659323797692600_5042282322861739952_n

14608819_1659320104359636_3745541699277822303_o

14650603_1659324687692511_3487721661654866263_n

14701025_1659325327692447_5601919855843476894_o

Une animation que La Caravelle ne manquera pas de refaire ! 

Durant les quelques heures qui restaient après le décompte effectué des derniers jours, j’ai pris le temps de refaire trois nouveaux colliers de la série commencée jeudi dernier. 

J’ai tout d’abord monté les boucles qui allaient avec le dernier collier sur des montures argent : 

img_4158-copie

Et dans la foulée de ces couleurs, j’ai réalisé le petit frère en modifiant le motif des lamelles noires et blanches : ( ouh ! Diantre qu’elle est étrange, cette phrase ! )

( Ça y est, vous l’avez relue ? on peut continuer ? )

img_4166

img_4161

Avec ses petites boucles « griffues » : 

img_4170

img_4172

Il fallait ensuite, BIEN SÛR que je le teste avec du rouge !

Et ben… c’est dur à poncer, le rouge.

img_4140

img_4145

Et enfin, évidemment, le « MAGIC MIX » des deux !

img_4185

img_4192

Je l’adore !

En revanche, j’aime moins les boucles…

Je pense que devrais ré-équilibrer la longueur des lamelles ( Pour l’instant, cela me fait penser à un insecte mal proportionné qui, malgré tous ses efforts, ne parviendrait pas à s’envoler… ) :

img_4182

Voilà, il me semble que je suis arrivée au bout de ce que je voulais vous raconter de ces derniers jours.

Je suis navrée pour tous ceux qui préfèrent se changer les idées en lisant mon post durant la pause café du jeudi et à vrai, dire, j’espère sincèrement que la ponctualité de mes publications fera partie du nouvel élan organisationnel de mon petit univers ( pfff… tu nous achèves, là… ) 

Allez, à tout bientôt 

Bises ! 

MC

 

 

 

 

Les herbes, ce matin revêtaient la pâleur

d’un automne décidé à chasser la chaleur. 

Mes pieds dans le jardin découvrirent la fraîcheur

et la perméabilité de mes souliers. 

Les frêles feuilles de thym affichaient leur pudeur, 

chastement recouvertes d’un manteau givré. 

Il n’y a aucun doute, on change de saison, 

et à cette occasion, aussi de collection ! 

 

Bonjour tout le monde ! 

Quelle bucolique entrée en matière… Un peu trop ? C’était ça où je pestais d’avance contre toute l’humidité que risquent de nous apporter les semaines à venir. Alors au lieu d’envisager la gouillasse (oui, c’est comme ça qu’on parle de la gadoue, chez moi), la chair de poule et les satanés limaces qui continuent d’envahir mon petit terrain, je préfère voir la nouvelle fraîcheur propice à une constructive créativité. Bon… sur le papier, cet entrain de motivation est tout à fait séduisant mais qu’en est-il sur mon plan de travail ? 

Et bien c’est un peu lent, mais ça commence à se mettre doucement en place. 

Voici tout d’abord une parure qui utilise un peu de la cane rose et grise qui a tant plu à tout le monde. Il s’agit d’un pièce classique dans le sens où c’est encore un collier torque mais différent car monté sur une semelle blanche avec une seconde cuisson, ce qui lui apporte plus de confort et plus de rigidité. Les boucles ne sont pas mes habituels pendants mais sont montées sur des clous (supports que j’apprécie de plus en plus) avec la même semelle blanche très légèrement texturée. 

img_4133

J’ai poursuivi mes essais de parures fraisées mais je n’ai pas obtenu (pour l’instant) l’effet que je recherchais. Peut-être une fulgurante idée me traversera-t-elle l’esprit sans crier gare (expression qui, selon mon mari, provient de jadis, (c’est précis, hein ?) lorsqu’un train approchait d’une gare et qu’un bonhomme avait comme mission de le crier très fort dans le train !) en tout cas, pour l’instant, je vais mettre en pause ces pièces fraisées, je crois. 

img_4077

Il me restait des bandes noires et blanches « pointillées » comme je les appelle, et que j’utilise régulièrement sur mes torques, de chaque côté de mes tranches de canes kaléidoscopes. J’ai eu envie de les utiliser seules, juste parce qu’elles plaisaient. Et bien… quelle bonne idée ! Fidèle à mes habitudes, j’ai adoré les petites pièces qui sont nées de cette improvisation : 

img_3985

img_3991

J’attends une commande d’apprêts en argent qui aurait du arriver avant que je ne publie cet article et qui permettra d’autres montages mais je tenais tout de même à vous montrer mon travail de la semaine. 

Je me suis bien adoucie les mains en ponçant chaque petit élément et les supports de boucles sont argent 925. 

img_3999

img_4012

img_4091

img_4105

img_4112

img_4119

Je trouve un côté un peu aérien à ces pièces et mine de rien assez « allégé » par rapport à mes plastrons ou torques plus courants et j’aime beaucoup le mouvement ondulatoire que prennent ces petites lamelles lorsqu’elles bougent (bon, bah là, c’est pas flagrant, j’avoue mais faites un peu preuve d’imagination…)

Vous êtes d’accord ? Qu’est-ce que vous en pensez ? 

Allez, dans un tout autre genre avant de partir, je vous montre un vase que j’avais terminé cet été et que j’avais oublié de vous présenter ici : 

img_0970

Il est beau, hein ? 

Le voici maintenant : 

img_3251

vase-spirale-2

 

Je profite de cette fin d’article pour vous annoncer la création d’une nouvelle association dont je fais partie et qui se nomme joliment La Caravelle. Ce vaisseau créatif est sous le commandement (pour l’instant) de trois artistes et artisanes que sont mes amies Urwana Debouclans (peintre), Stéphanie Prudent (couturière, chapelière) et moi même. Le but de ce navire est d’embarquer beaucoup d’autres créateurs qui souhaitent partir avec nous afin de se déplacer au sein des communes et de proposer des ateliers créatifs à leurs habitants. Cette nouvelle association sera présentée au public dimanche 9 dans la salle de la commune d’Arthenas à l’occasion du premier anniversaire de cette nouvelle commune et pour ce faire, mes deux acolytes et moi proposeront une série d’ateliers découvertes gratuits afin de fabriquer UNE pochette née du mariage de nos TROIS techniques. 

unnamed-3

unnamed-1

Voilà, cette fois je vous laisse ici. 

Passez une bonne fin de semaine ! Pour ma part, elle sera divisée entre cette journée de présentation et le lancement (la veille) des ateliers d’automne dans mon tout nouvel espace. Je retourne donc à mes préparatifs. 

À jeudi prochain ! 

Bises à vous ! 

MC