Tutoriel kaléidoscope « feuillu » ?

Publié: 24 juin 2021 dans Cane kaléidoscope à feuilles, Pâte Fimo
Tags:, , , ,

Bonjour chers Vous tous, chers Vous toutes, chers Vous et puis chers Vous aussi !

En cet après-midi de mercredi pluvieux, tandis que je m’efforçais d’être la plus professionnelle des vendeuses d’art et d’artisanat face à une clientèle… absente (puisque je me trouvai presque noyée sous un déluge annoncé, qui acheva de faire fuir les rares et timides clients de mon coin jurassien), je décidai d’aller faire un tour sur mon petit blog chéri (oui oui, ici) et d’en parcourir quelques pages remonte-moral. (Parce que oui, je me fais parfois rire toute seule lorsque je relis des anciens articles, et ça fait grandiosement du bien).

Et là, DE QUOI EST-CE QUE JE ME RENDS COMPTE ? Il vous manque au moins un tutoriel de la fin d’année 2020 ! Oui, un tutoriel de cane kaléidoscope comme vous les aimez (enfin, surtout comme moi, j’en raffole !) qui existe en version vidéo sur ma chaîne YouTube mais que j’ai omis (honte sur moi) de transcrire ici, dans mon petit monde des lettres, des photos et du bidouillage wordpress.

Qu’il pleuve, donc, je m’en vais ranger mon sens de l’accueil, ma pédagogie artisanale et mon professionnalisme commerçant dans l’arrière-boutique et je sors à la place d’un tiroir magique de ma caboche mon envie de vous raconter des bêtises tout en vous montrant comment réaliser cette cane kaléidoscope :

Pour ce tutoriel, j’avais décidé de dessiner ma cane au préalable, chose qui n’est absolument pas dans mes habitudes… et comme souvent, les choses dont nous n’avons pas l’habitude ne se passent pas exactement comme prévues…

Voici mon dessin préparatoire inspiré par mes heures perdues à zentangler sur du papier :

C’était sensé être le plan de ma clé de montage, vous savez, mon premier triangle qui, dupliqué à 16 reprises, donne mon assemblage kaléidoscopique final.

Oui mais voilà, c’était sans compter mes pensées qui s’échappent emmenant ma concentration avec elles, sans compter non plus mon léger stress dès que je suis de l’autre côté de l’objectif (ben voui… même si je suis toute seule dans mon atelier lorsque je me filme et que je peux faire le montage ensuite comme je l’entends, y a pas… y a pas… je stresse quand même d’imaginer les futurs visionneurs… fou, non ?).

Bref, du coup, j’ai inversé les damiers et le dégradé bleu… Alors dit comme ça, je suis consciente qu’il n’y a pas mort d’omelette, mais en fait, ça m’a tout chamboulé parce que les quantités de pâtes avaient été étudiées (estimées, serait plus exact) en fonction de leur emplacement… et que du coup… j’ai du improviser (muhaha). Donc j’arrête ici et je vous montre le tout en images.

J’ai commencé par réaliser deux dégradés aux deux couleurs dominantes de ma cane.

… plaques dégradées que j’ai roulées sur elles-mêmes pour les transformer en deux jolies canes dégradées :

Puis je me suis attaquée au noir et blanc.

Pour aujourd’hui, je ne vous détaille pas l’intégralité des étapes. (Oh la fainéante ! -NON ! Paresseuse, à la rigueur, quelqu’un de fainéant ne fait rien DU TOUT, c’est explicitement dit dans le terme : fait + néant. -Rô l’autre, hé ! -Quoi ? Ça te défrise d’utiliser les mots correctement ?)

Si vous voulez voir plus précisément comment procéder tout au long de ce pseudo tutoriel, je vous invite à aller visionner la vidéo en fin d’article. Sinon, on continue.

Pour cette plaque, j’explique tout de même vite fait (Ah ben faut savoir, tu n’te contredis pas, toi, déjà ! -Chut !)

Il s’agit de faire une cane cible noire et blanche, puis de l’étirer au maximum, de la couper en tronçons égaux et de les placer les uns à côté des autres. Un coup de rouleau pour souder l’ensemble, et hop, on passe le tout dans la machine à pâte au réglage le plus grand et ça donne ce que j’appelle ma plaque pointillées.

J’ai également préparé une petite cane cible qui viendra contraster la cane dégradée verte. Le but était de déformer la cane noire et blanche pour l’insérer ensuite au cœur de la cane dégradée à la manière d’un pistil de cane pétale.

J’ai ensuite étiré cette cane pétale ainsi que la cane bleue et je les ai coupé ainsi (Oui, c’est exactement à ce moment que j’ai… raté ! J’étais sensée laisser le bleu tranquille et travailler sur le damier ! Sauf, qu’à ce moment-là, je ne m’en suis pas encore rendue compte, chuuuut) :

J’ai ensuite déformé le sommet de mes prismes bleus pour faciliter l’assemblage avec les pétales. Cette astuce vaut pour toutes les canes fleur ; il suffit de pincer un sommet en le passant dans la machine à pâte au cran large (ici 6 sur mon imperia) :

Nous voilà avec tous les éléments nécessaires pour commencer à monter la clé de la cane et c’est maintenant que mon double étourdi va, dans un premier temps, beuguer complètement, puis comprendre, puis se lamenter et enfin, improviser :

Bouh ! Mais qu’es-ce-que c’est que ça ? un tunnel fleuri ? Un petit pont chelou ?
-Non non , juste une erreur de proportions…

Cette déformation est due à la trop grande présence de bleu, là où il était sensé y avoir les PETITS triangles à damiers…

Allez, ben.. on s’adapte :

Ah ben c’est joli tout ça, mais il y a un sacré paquet de trous, du coup… Va falloir combler tout ça si on veut un joli prisme pour débuter notre cane complexe ! Allez, on ramasse tout ce qu’on trouve sur le plan de travail et on rempli et puis on déforme comme on peut.

Disons qu’on a à peu près de quoi modeler un prisme alors on y va.

Entamons la série de réduction – duplication – assemblage – réduction – duplication – assemblage…

Comme on est toujours pas foutue de modeler le bon triangle, on a un p’tit travail de redressement des volumes afin d’obtenir une cane à section carrée, cette fois.

Avant réduction finale.

Voilà, ma cane est terminée, elle est très loin du motif d’inspiration zentangle qui était initialement prévu et a même revêtu un petit côté végétal.

J’ai décidé d’exploiter le motif dans la foulée et je me suis donc mise à trancher (Aïe) et à monter un beau carrelage de polymère :

Et voilà un joli p’tit bol prêt à recevoir vos gourmandises apéritives et les compliments de vos convives !

Si vous voulez voir le déroulé complet du tutoriel ainsi que ma prestation d’un haut niveau d’expressivité théâtrale, suivez le lien YouTube :

Amusez-vous bien et à bientôt !

MC

commentaires
  1. Elena Möri dit :

    Magnifique rendu, beau travail ♥️

  2. Monique dit :

    J adorre tout ce que vous faites et aussi vos commentaires que je reli toujours qui me remplisse de bonheur

    • artizanart dit :

      Merci beaucoup !
      Toutes les pastilles de fraîcheur et de légèreté sont bonnes à prendre, surtout quand elles exploitent la créativité, non ?
      à bientôt.

  3. Maryvonne Kottelat dit :

    et bien, quelle aventure dis donc !
    Et le résultat sur le bol est extra, j’ai beaucoup
    Bises

  4. cja mama dit :

    J’adore le résultat final même si ce n’est pas celui qui était voulu au départ, mais c’est la magie de la polymère : on en sort toujours quelque chose de positif 👍💪😁

Répondre à artizanart Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s