Tutoriel plaque de texture maison (et sauvetage de pâte beurk !)

Publié: 19 novembre 2020 dans Pâte Fimo, plaque de texture, TUTOS polymère Vidéos
Tags:, , , , , , ,

Bonjour chers Vous !

Ha ha ! Vous croyiez quoi ? (ou plutôt hi hi hi (ben voui, un verbe avec 3 i… quand même… ça se remarque, non ? bon)) vous pensiez qu’à présent que je m’essayais à l’exercice de la vidéo j’allais délaisser mes articles rédigés ici ?

Et bien NON, bien sûr que NON, évidemment que NON, certainement PAS, hors de question, pas moyen…. bref, je suis bien trop attachée à ce blog pour ne songer ne serait-ce qu’une journée à m’en défaire et puis j’ai BEAUCOUP plus d’aisance à vous faire des digressions sans aucun sens entre parenthèses ICI plutôt qu’en vidéo. En plus, sur cette page, je peux vous retourner la tête en vous racontant ce que je veux et en prenant leeeeeeeeeeeeeeee temmmmmmmmmmmmps queeeeeeeeeee jeeeeeeeeeeeee veuuuuuuuuuuuuux…. sans me contraindre à respecter une durée d’affichage d’images, ou une longueur pédagogique de visionnage. MUHAHA, ici, vous êtes en MON pouvoir ! (Ouaih… enfin, si tu nous soules, on va lire le paragraphe d’après et pis voilà)… vous êtes UN PEU en mon pouvoir… (Mouaih…si ça te fait plaisir)… Bon, bah, ici je fais ce que je veux ? (Oui, c’est mieux.)

Bref, (- Tu dis toujours ça mais en fait, c’est toujours long. – Ben justement, c’est fait exprès pour qu’en fait tu ais l’impression que je fais tout mon possible pour faire court. – Ah…ben ça marche pas. – Zut… et sinon, maintenant, on fait carrément des dialogues entre parenthèses, comment ca se passe ? – Bof, de toute façon on n’est pas sûr de combien elles sont dans sa tête…) Je viens de mettre en ligne ma deuxième vidéo et je vous en présente ici la version rédigée.

Voici donc sans plus tarder les étapes détaillées à suivre afin de réaliser une plaque de texture maison.

Matériel nécessaire :

Pour la plaque de texture :

  • Machine à pâte
  • Rouleau
  • Pochette plastique
  • Lames (souple, rigide ET en zigzag)
  • Pâte BEURK (et oui !)
  • Emporte-pièces (cercles de différents diamètres, quelques formes simples et assez petites comme les étoiles ou les fleurs)
  • Fil alu (diamètre 2mm)
  • Quelques pièces métalliques de la même épaisseur (de type rondelles de bricolage)
  • Polymère liquide
  • Papier sulfurisé

Pour réaliser les motifs du bijou :

  • Machine à pâte
  • Pâtes polymère des couleurs de votre choix (ici : blanc, gris, noir et rouge cerise)
  • Film étirable
  • Lame souple
  • Tuto bonus : quelques pièces de duplo, légo et clippo.

Allez, c’est parti.

Votre première mission est de plonger dans votre boîte à pâte scrap ou beurk, comme je continue de l’appeler. Mais siiiii, ne faites pas les innocents genre « je n’vois vraiment pas de quoi elle parle… » cette boîte déprimante constituée d’une multitude de chutes de pâtes voire d’essais ratés tellement lamentables que la couleur issue de leur mélange vous donnerait limite mal au cœur. Vous l’avez, ça y est ? Alors prenez en un peu et achevez le processus de décomposition en miettes qui s’est enclanché en même temps que le séchage de la pâte, hi hi.

Coupez les gros morceaux et passez le tout dans la map au réglage le plus large histoire de récupérer tout un tas de copeaux.

Placez-en une bonne partie dans un sachet ou une pochette plastique et aplatissez le tout à l’aide d’un rouleau (sans fermer la pochette !).

Pas besoin d’appuyer comme une brute mais soyez tout de même fermes, il faut parvenir à re-dompter cette pâte rebelle. De temps en temps, vérifiez la malléabilité du bloc que vous êtes en train d’agglomérer et quand cela vous convient, sortez le tout du sachet. La pâte n’est pas encore conditionnée, loin de là mais elle pourra au moins passer dans la map sans s’effriter en milliers de copeaux secs.

Il faudra tout de même compter quelques passages pour obtenir une pâte homogène et utilisable.

(Je suis désolée pour les photos, comme je n’ai pas pu m’interrompre à chaque étape pour photographier (ça aurait fait un peu bizarre dans la vidéo…) j’ai fait des captures d’écran ensuite. Vous me direz si ça fonctionne et si ça aide ou si c’est juste brouillon comme images.)

Une fois fait, séparez votre pâte en deux moitiés et passez-les dans la map au réglage le plus large.

Découpez un rectangle propre et mettez-le de côté (ce sera notre base de plaque de texture) et lissez correctement la seconde plaque à travers du papier sulfurisé (elle va nous servir à dessiner nos motifs).

Préparez tous les accessoires qui vous permettront de dessiner le motif (emporte-pièces, lames à larges zigzags). Vous pouvez ajouter des éléments métalliques (s’ils n’ont pas une épaisseur trop différente de celle de votre plaque de pâte) voire en fabriquer en fil alu (oui, le fil alu supporte très bien la température de cuisson de la pâte polymère).

Les emporte-pièces utilisés ici sont à piston. Pas que je préfère spécialement les pistons mais ces emporte-pièces ont l’immense avantage de découper des disques parfaits sans marquer le p’tit défaut laissé par le chevauchement de la bande inox qui forme les emporte-pièces les plus courants.

Une fois que vous découpé un certain nombre d’éléments, il est temps de les fixer sur la plaque rectangulaire qui attend depuis un moment sur le côté de votre plan de travail. Placez-la directement sur votre plaque de cuisson afin de ne pas avoir à la redécoller de la table avant la cuisson.

Pour cela, vous avez besoin de polymère liquide. Faites-en couler sur la plaque et répartissez uniformément la colle sur toute la surface à l’aide d’un petit morceau de papier sulfurisé.

A présent, c’est le moment de disposer vos éléments. Vous pouvez faire une esquisse au préalable sur une feuille de papier ou vous pouvez improviser vos placements. Quelques conseils tout de même : Déposez en premier vos plus gros éléments et venez ensuite combler les espaces. Veillez autant que possible à conserver le même écart entre les différents éléments.

Si vous mariez d’autres matériaux que la pâte polymère, pensez à les enfoncer un peu dans votre plaque afin de s’assurer qu’ils tiendront bien à l’usage. Et s’il arrive qu’un élément métallique se décolle, un peu de super 3 glue et ce sera bon.

Allez, il est temps de passer à la cuisson (environ 110°C pendant une trentaine de minutes, à adapter selon votre four).

N’oubliez pas votre minuteur et retournez à la machine à pâte car nous allons profiter du temps de cuisson pour préparer la plaque de couleur qui sera utilisée avec notre plaque de texture.

J’ai choisi ici un dégradé noir, gris et blanc avec un cœur rouge. Je n’inclus pas mon rouge dans le dégradé parce que je veux du rouge et pas du rose, et en mélangeant avec le blanc du dégradé, j’obtiendrai forcément du rose… donc je vais commencer par faire un dégradé très rapide (même pas besoin de faire des triangles ni des tons intermédiaires !) et je vais ensuite placer un colombin rouge à la base de la large bande dégradée pour que le rouge se retrouve au cœur de la cane.

Une fois votre cane étirée, coupez-la en 6 ou 8 tronçons et posez-les les uns à côté des autres. Aplatissez grossièrement au rouleau pour souder les éléments entre eux et passez cette nouvelle plaque dans la map au cran large.

Il est temps d’utiliser la nouvelle plaque de texture (cuite et refroidie).

On utilise souvent du talc pour éviter que la pâte crue ne colle trop aux reliefs et ne se déchire. En ce qui me concerne, je n’aime pas trop manipuler le talc et je lui préfère le film étirable. Coupez en un morceau et disposez-le sur la plaque noire et rouge en essayant d’éviter les plis.

Posez à présent la plaque de texture et imprimez-en le motif en pressant à l’aide d’un outil comme le côté d’un rouleau en faisant bien attention à ne pas déplacer la plaque. Attention, assez fort pour marquer la pâte en profondeur mais pas comme un forcené non plus !

Une fois ce travail achevé, il vous suffit de retirer la plaque de texture et de décoller doucement le film étirable, laissant apparaître le motif très nettement.

Il est temps de passer au scalpage de la bête !

Armez-vous d’une lame souple et n’ayez pas peur de la tordre pour parvenir à scalper les éléments en reliefs les uns après les autres. Le but du jeu de cette technique du hidden magic est de mettre à jour les motifs en révélant les couleurs cachés dans les couches inférieures de la plaque. Les parties enfoncées resteront noires et selon votre aisance à l’exercice (c’est comme tout, entraînez-vous un peu et osez) l’intégralité du dessin s’affichera progressivement.

Une fois votre scalpage achevé (conservez les chutes proprement sur le côté, elles sont toujours intéressantes à exploiter ensuite), recouvrez d’un morceau de papier sulfurisé et lissez l’ensemble de la plaque. D’abord au rouleau, afin d’aplatir les plus grosses différences de niveaux et ensuite avec un outil de lissage de votre choix.

Et voilà votre plaque à être exploitée à la création de… ce que vous voulez !

Et maintenant… la version bis ! Ou comme je l’appelle : le moment où tu te dis que t’es vraiment une quiche tout juste bonne à perdre son temps… (Rôôô, Marie, mais pourquoi tant de dénigrement à ton égard ? Je suis sûre que tu n’es pas gourdasse, voyons…)

Ben… à vous de juger :

Je réfléchis à une plaque de texture depuis longtemps et j’ai fait un certain nombre d’essais durant ces derniers mois :

Celle-ci (au-dessus) est quand même intéressante, surtout que j’ai trouvé comment l’améliorer. Je vous montrerai peut-être ça un autre jour.

(Il m’en manque même !)

Bref… tout ça pour réaliser que j’avais juste besoin de ça :

Quelques jouets classiques d’emboitement…

Voilà voilà… Alors, vous gardez la plaque de couleurs et vous reprenez un morceau de film étirable et… vous vous amusez :

Vous pouvez ajouter des creux à l’aide des outils de modelage qui ont un embout bille ou autre chose.

Et voilà !

Simple, non ? un peu déprimant, pour ma part mais simple comme bonjour et efficace comme du savon noir ! (ça m’en a coupé l’inspiration…)

Au moins, je vous aurai montré comment reconditionner de la pâte sèche… snif.

Je n’ai même eu encore la motiv’ pour achever les pendentifs réalisés avec les chutes… Mais bon, c’est en errant qu’on finit par trouver (hein?) ou un truc comme ça (ouaih… un truc comme ça.)…

Bon… J’espère que cela vous aura quand même plu et surtout que ça vous aura donné des idées.

Vous pouvez voir ce tutoriel complètement sur YouTube et cette fois j’ai raccourci de moitié ! (presque !)

Dites-moi si les captures d’écran de cet article sont vraiment trop floues et trop désagréables à suivre, je réfléchis de mon côté.

Pour ma part, et histoire de me dire que je n’aurai pas faut tout ça pour des prunes, je me suis lancé un défi « sauvetage de couleurs sèches » cette semaine et il y a du boulot :

(et je ne montre pas tout !!!)

La plupart de ces pâtes sont là depuis… entre une et trois années… Et oui, je suis la pire élève du monde en ce qui concerne la conservation de la pâte… telle que vous la voyez, elle est à l’air libre, posé sur du papier sulfurisé qui achève de l’assécher et même parfois… couverte de poussière. J’ai un peu honte, j’avoue (surtout quand on t’entend donner des conseils à tes élèves !) Oui mais je me suis retroussé les manches et j’ai commencer par trier un peu les couleurs. (Je n’ai pas TOUT trié, la déprime n’était pas au programme !)

Et j’ai bossé des biceps et de la paume des mains !!!

Je ne savais trop quoi faire avec toute cette nouvelle pâte et je n’avais pas envie qu’elle sèche de nouveau… Donc j’en ai conservé une petite quantité pour la travailler plus tard et avec le reste, j’ai fabriqué un jeu d’équilibre vite fait pour mes loupiots :

Allez, cette fois je vous laisse patouiller.

Prenez soin de vous et à bientôt !!!

MC.

commentaires
  1. Merci pour le partage de tes idées pour la création de plaques, c’est super. Tes bijoux sont toujous aussi chouettes. Bonne journée.

  2. Mouchette dit :

    Top le jeu d’équilibre, quelles couleurs magnifiques, et dire que c’est de la Beurk… bisous

    • artizanart dit :

      Vi vi vi… enfin, après le tri des couleurs, c’est plus de la pâte sèche (voire TRES sèche, plus de 6 ans pour la plupart !) que de la beurk. En tout cas merci ! Mes loupiots jouent bien avec, c’est cool, sauf en fin de journée où le grand s’énerve sur les équilibres instables mais sinon, c’est vraiment top à proposer. Bises

  3. Fabienne Schocher dit :

    Bravo, vos idées sont toujours supers.. merci,

  4. Parmentier dit :

    Genial la récupération des chutes .bravo pour les modèles j’adore. Merci et à bientôt

  5. Geneviève Rossier dit :

    Un tout grand merci, surtout pour récupérer le sauvetage des petits bouts de pâte sèches. On se dit: on va ça utilisé plus tard, mais le plus tard ne vient jamais, car il manque toujours qq chose ou la bonne couleur. Prend soin de toi

    • artizanart dit :

      Et oui, ça fait des années que je me dis la même chose… je suis contente d’avoir fait l’effort d’essayer mais j’avoue qu’il va me falloir du temps avant de parvenir à bout du stock de miettes que j’ai conservé durant tout ce temps !
      Bises et à bientôt !

  6. Flotisse dit :

    Bravo pour votre patience, l’originalité de votre travail et pour vos trouvailles !! Mieux vaut tard que jamais dit-on ! Vous m’avez prouvé que TOUT peut se réutiliser !! Un plaisir de vous suivre.
    Bonne continuation à vous

    • artizanart dit :

      Bonjour ! Ah oui, TOUT peut se réutiliser, je confirme, c’est même presque mon credo… en témoigne le bazar de mon atelier qui s’approche parfois plus de la poubelle de tri que de l’espace créatif au premier abord, hi hi.
      Merci beaucoup et à bientôt.

  7. Brigitte dit :

    Et voilà je viens de regarder ta vidéo 😁 je ne me lasse pas ! Continue comme ça j’en apprends beaucoup ! Promis plus de pâte à la poubelle . Voilà un bon exercice pour dérouiller les doigts ! Pour ce qui est de la vidéo sans tête ben faut reconnaître qu’on regarde surtout les mains mais les regards en coins et tes commentaires me font bien rire. Merci pour ce bon moment même si je n’ai pas le temps de mettre en pratique pour l’instant. Bonne journée
    Brigitte

    • artizanart dit :

      Coucou toi. C’est vrai qu’on pourrait se contenter de la tête pour dire bonjour et aurevoir, mais j’ai peur que Charlotte m’en veuille. Tu sais comme elle est, elle n’a pas trop envie de se montrer mais elle serait capable de bouder si Marie prend toute l’attention sur elle (pfff, va falloir que je contrôle ce dédoublement de personnalité avant d’avoir une crise interne!)
      Bises à toi et merci tout plein !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s