Deux cris d’effroi !

Publié: 19 novembre 2015 dans Paroles de pinceaux !
Tags:, , , ,

Bonjour Chers Vous ! 

Lorsqu’à la fin de ma publication de vendredi dernier je vous souhaitais à tous une excellente fin de semaine, j’étais loin d’imaginer à quel point cette phrase allait se fracasser contre une sanglante nuit. Depuis, et comme nombre d’entre vous je l’imagine, j’ai du mal à trouver le sommeil. Lundi matin m’a vue péniblement émerger d’une semi-torpeur sans me voir accompagnée d’aucune sorte de motivation ni d’énergie. Mardi matin s’est révélé être identique. Après avoir déposé petit chat chez sa nounou, je m’installe à ma table… et j’attends… pas envie de manipuler des couleurs… et surtout : aucune espèce d’ébauche d’imagination… le néant. Je repose donc mes gants sur ma machine à pâte et je recule mon siège. Il n’ y a aura pas de nouvelles pièces cette semaine, j’ai d’autres choses sur lesquelles je dois me concentrer. 

Entre atterrement et colère, j’ai eu un flash de ce que je pouvais vous présenter aujourd’hui. Un cri, ou plutôt, 2. Je vous explique : 

Il y a déjà plusieurs années, à l’époque où je touchais du bout des doigts la fin de mes études d’histoire de l’art, j’ai réalisé deux toiles acryliques à destination d’un ami. Notre enfance et parcours scolaire étaient en parfaite opposition. Il était autant scientifique que j’étais attirée par les arts et autant citadin que j’étais rurale pourtant la même énergie contestataire propre à tout jeune adulte nous animait et j’ai un jour décidé de la représenter sur châssis. Lui était amateur passionné des Pink Floyd et auteur d’un dossier sur l’oeuvre The Wall, et moi j’étais fascinée par les peintures expressionnistes et par leurs précurseurs. Entre Edward Munch et Roger Waters, il y a (étonnamment) un point commun indéniable : l’angoisse absolue symbolisée par un CRI. 

 

cri munch

Skrik, Edward Munch, 1993 (91 x 73.5) Oslo

Je n’ai jamais interprété cette oeuvre comme étant le dessin du cri de la créature du premier plan. Si ce personnage androgyne auquel tout le monde peut s’identifier ouvre ainsi la bouche, c’est pour pour formuler un « OH » de saisissement ; cette fameuse bouche ouverte de stupéfaction ou d’effroi lorsque plus aucun son ne parvient à s’en extraire face à une situation bouleversante. Et si cet être un peu étrange plaque ses mains ainsi sur sa tête, ça n’est pas pour s’arracher les cheveux (qu’il n’a pas) durant son cri mais bien pour boucher ses oreilles et tenter d’atténuer un minimum le hurlement du monde. Car c’est bien le monde qui explose en rouge, orange et jaune, qui crie et qui hurle à s’en déformer lui-même par ondulations (ondes sonores ou ondes de choc ? ). Un traumatisme que l’artiste norvégien mis cinq fois en image. Un traumatisme que tous ne parviennent pas à réaliser comme le prouvent les deux figures nonchalantes qui déambulent en devisant à l’arrière-plan, totalement aveugles et sourdes à la détresse de leur propre univers. 

.

wall-poster

Affiche du film The Wall réalisé en 1982 par Allan Parker

Quant à l’affiche du film incroyable The Wall qui a été réalisé bien après la sortie de l’album éponyme, Il s’agit, à l’inverse, de la matérialisation du cri de la conscience humaine qui tente désespérément de s’extraire de la prison morale dans laquelle elle est confinée et qui est symbolisée dans l’oeuvre par le grand mur (de la pensée) représenté sur les pochettes des albums. Le commentaire de ce cri-là pourrait prendre vraiment longtemps et une tournure encore plus conceptuelle donc je m’arrête là. 

Pink_Floyd_-_The_Wall

Jaquette du double album The Wall des Pink Floyd sorti en 1979

.

Voici ma propre réinterprétation de ces cris à cette époque (Pardonnez l’approximation du pinceau, vous savez que je suis plus douée pour l’abstrait… et bien c’était encore plus vrai à ce moment !) :

cri 1

cri 2

Ces deux toiles ne font qu’une seule oeuvre et elles ornent encore aujourd’hui le mur du salon de mes amis pour mon plus grand plaisir et pour la plus grande stupéfaction des visiteurs qui ne peuvent s’empêcher d’en demander l’explication. 

cris

.

Plus je contemple les originaux plus je les trouve en adéquation avec la situation actuelle.

Je n’ai rien créé cette semaine, je me suis contentée de vous faire part d’une pensée. J’espère que vous m’en excuserez et ne vous en offenserez pas. Promis, je tente de redonner de l’activité aux petites boules de couleurs délaissées sur mon plan de travail pour la prochaine publication. 

Cette fois-ci je ne vous souhaite que de la douceur et des rires. 

Prenez soin de vous et à la semaine prochaine. 

commentaires
  1. passante13 dit :

    Le cri, les cris, le Hurlement muet d’horreur, c’est tout à fait ça. Oeuvres et artistes tout à fait en unisson avec la situation actuelle.
    Prenez tous et toutes bien soin de vous et de vos proches, merci petite Perle rouge pour cet article.

  2. maryy dit :

    Moi non plus je n’ai rien a rajouter, ces tableaux expriment bien ce que l’on ressent, merci ! biz

  3. Denice dit :

    Merci, bien.

  4. Todoa Bé-èm dit :

    Le mur sur lequel vit cette oeuvre est face à moi. Évidemment je pense à toi en la regardant.
    Mais ces derniers jours, j’y vois deux visages différents et pourtant si semblables criant à l’unisson. Depuis le début de cette année, le monde crie à l’unisson : Kobané, Suruç, Baga, Beyrouth, Paris et beaucoup trop d’autres villes.
    Dans les bas, ces tableaux me rappellent la force cachée dans chacun de nous.
    Dans les hauts, ils me laissent rêver que l’humanité ne devrait être que bonté.

    Merci ❤

  5. Joye dit :

    Belle publication! Ta réaction est mûre et bien pertinente!

  6. Christiane dit :

    Tu n’as aucune raison de t’excuser, nous sommes tous dans la même situation que toi.
    C’est l’horreur,seulement les réactions sont différentes pour chacun.
    Il ne faut pas avoir peur, moi je n’ai pas honte, j’ai peur et je pense à toutes ces personnes qui ont perdu un proche, c’est terrible.
    Prend bien soin de toi.
    Bises

    • artizanart dit :

      Tu as raison, Christiane, ni honte ni peur… je crois que je me suis excusée pour ceux qui viennent lire sur ce blog des articles de création pour leur changer les idées et qui tombent sur celui-ci.
      En tout cas merci et à très bientôt.
      Biz.

  7. Canou dit :

    Ton article est bouleversant d’émotions merci ❤

  8. Suzanne dit :

    Je vis au Canada et je peux dire que nous nous sentons votre horreur, la colère , la frustration et l’émerveillement de savoir pourquoi les êtres humn peuvent être si non humaine . S’il vous plaît accepter nos humbles sympathies et nous savons que nous sommes avec le peuple de Paris , la France et le monde humain pour s’opposer totalement cette violence .

    • artizanart dit :

      Merci Suzanne, pour ce témoignage de sympathie. J’espère surtout que tu n’auras pas à le renouveler trop souvent… en tout cas, merci à toi.
      à très bientôt, Biz !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s